Marche d'été 2008 dans les Grisons

Texte d'Adrien Grand. Photos d'Erhard Saur et Jean-Noël Antille

 Pour une autre merveilleuse description de ce pèlerinage, ne manquez pas le récit de Jean-Noël Antille !
Retour
Zurück

Samedi 12 juillet

C'est un matin gris, les nuages recouvrent le ciel, il pleuvine. A la gare, sur le quai, je retrouve plusieurs participants à la marche. A Lausanne, je les quitte pour retrouver Jean-Max, le chauffeur du bus pendant toute la semaine. Ensemble nous allons récupérer le véhicule qui transportera nos bagages. Le temps est toujours aussi maussade, la traversée de la Suisse par les autoroutes nous permet de rejoindre le groupe à Zernez. Là, nous retrouvons Ursula et Erhard avec Rosita, venus du Valais et du Tessin. Sous une pluie battante, j'accueille les marcheurs qui prennent le car postal jusqu'à Müstair en empruntant le col de l'Ofenpass. A Müstair, Carla et les couples Sabbadin et Nydegger nous souhaitent la bienvenue avant l'arrivée du groupe.

1. Abri PC de Müstair

 

Tout le monde se retrouve à la protection civile, chacun trouve sa place dans les différents dortoirs et, après une présentation et quelques recommandations, nous nous retrouvons, autour d'une bonne bière pour faire plus ample connaissance. Le ciel s'éclaircit, le soleil apparaît et nous permet d'admirer le magnifique paysage de ce fond de vallée. A cours d'un très bon repas à l'Hôtel Helvetia chacun peut profiter de faire connaissance ou de renforcer les liens d'amitié.

Dimanche 13 juillet

Nous nous retrouvons à l'Hôtel Helvetia pour un bon petit déjeuner avant d'assister à une visite commentée de l'église de Müstair, recouverte de magnifiques fresques et suivie d'une messe où nous chantons en romanche.

2. Eglise du couvent de Müstair

3. Fresque magnifique

A la sortie de l'église, il pleut, chacune et chacun enfilent sa pèlerine et le groupe prend le chemin de la vallée en direction de Santa Maria. Une scierie permet de nous abriter et de nous regrouper avant d'atteindre, toujours par les petites routes et à travers la forêt, un restaurant où nous pouvons partager notre pique nique. De là, encore une petite marche entrecoupée d'éclaircies à travers les prés et les bois jusqu'à Tschierv et une petite grimpette en direction de Lü, notre étape du jour.
Lü est un village haut perché à 1920 m. , il est le point de départ de plusieurs randonnées.

 

 


4. Marche vers Santa Maria

5. Rivière en furie

6. Chemin vers Lü

7. PC de Lü

Quelques privilégiées pourront profiter du confort des chambres de l'Hôtel Hirschen dans lequel nous prenons notre repas du soir et le petit déjeuner, les autres, devront se contenter de la protection civile sur le haut du village.
Aujourd'hui, nous n'avons pas de chance, les douches prévues ne fonctionnent pas et il n'y a pas de couvertures. Jean-Max, accompagné des deux Bernard vont en récupérer ainsi que des oreillers et des matelas à la protection civile de Müstair où nous avons passé la nuit.
La journée de lundi sera pire que celle que nous venons de vivre, la météo nous annonce de la neige et du brouillard à 2000 et 3000 mètres. Heureusement, le maire est là pour nous conseiller et nous aider à prendre la bonne décision quant à l'itinéraire de demain.

Lundi 14 juillet

Les prévisions météo se confirment, les sommets avoisinants sont recouverts d'une petite couche de neige, le ciel est gris et des nuages sombres s'accumulent à l'horizon.
Après le petit déjeuner, nous nous retrouvons dans la jolie petite église du village, ça sent bon le bois, il ne fait pas très chaud mais la méditation sur le thème de l'Ecoute suivie d'un témoignage réchauffe nos cœurs à défaut de nos corps.
Sous la pluie, après avoir chargé les bagages dans le bus, nous prenons le chemin du col de Costainas.

 

 

8. Montée au Col de Costainas

9. Pluie continue et sentier boueux

10. Pique-nique à l'abri dans une grange

11. Arrivée à S-Charl
  Le temps est à la pluie mais il n'y a pas de brouillard, ceci nous permet de passer le col et de marcher, sur un chemin bien balisé en direction de S-charl. Les petites fleurs, soldanelles, gentianes et autres referment leurs coroles pour se protéger de la pluie et du vent qui souffle. Nous marchons la tête baissée, contre le vent et la pluie et regardons où nous posons les pieds entre les flaques. Vers midi, nous pouvons enfin nous restaurer dans une grange en dessus d'une ferme, au sec. Je crois que c'est le seul moment où la pluie s'est un peu arrêtée de tomber. Nous reprenons la route en descendant vers S-charl. Nous croisons des vététistes courageux ou téméraires et longeons la rivière gonflée et torrentueuse. Les quelques arrêts permettent de nous regrouper mais ne durent jamais très longtemps. A gauche et à droite, entre les nuages, nous pouvons apercevoir des montagnes qui par beau temps doivent être très belles.
Arrivés à S-charl, le soleil apparaît à travers une petite pluie de plus en plus fine. Un groupe de courageux se rend au musée, malheureusement, ce dernier est fermé, c'est lundi !
Tout le groupe se retrouve dans un restaurant pour se sécher un peu et boire quelque chose de chaud.
  Une heure plus tard, sous un soleil narquois et une pluie cessante, nous prenons le car postal qui nous emmène à Scuol. De là, nous descendons à l'auberge de jeunesse pour nous installer dans des chambres bien aménagées, prendre une bonne douche.
 

12. Bus postal à S-Charl

13. Auberge de jeunesse de Scuol
 A six heures, nous nous retrouvons dans le hall et là, Monsieur Trepp, président de l'association jacquaire grisonne, nous accueille, nous fait visiter le village avec ses belles maisons peintes typiques et nous conduit dans un restaurant où nous dégustons les spécialités de l'Engadine dans une ambiance musicale régionale.
Une bonne nuit passée dans cette belle auberge de jeunesse toute neuve, inaugurée en décembre permet de nous remettre de toutes les émotions de la journée.

 

14. Visite du vieux Scuol

 

15. Repas à l'Hôtel Gabriel avec musiciens

 

16. Eglise de Scuol

 
Mardi 15 juillet

Le soleil brille ! Enfin ! Nous pouvons découvrir les somptueux paysages de l'Engadine.
Le car postal nous amène à Ftan. Dans l'église du village, tous assis dans le chœur, nous écoutons et méditons sur le thème de la Simplicité avec la lecture d'un conte derviche " Les chaussures " accompagné, comme chaque matin, de quelques morceaux de flûte traversière joués par Nadine et qui nous permettent de mieux intérioriser les paroles prononcées.

 

17. Ftan

18. Paysage bucolique

 

19. Pause

20. Ruine de l'auberge fiscale de Chanoua

 
A quelques minutes de Chanoua se trouve le village d'Ardez, à 1464 mètres d'altitude ; c'est là que nous nous arrêtons, peu avant midi, pour pique-niquer ; une cour d'école pourvue de bancs constitue un lieu idéal, et nous mangeons face aux vestiges du château fort de Steinsberg. Le village, qui compte moins de 400 habitants, renferme de très belles maisons engadinoises.
 

21. Ardez

21b. Pique-nique à Ardez

 

En début d'après-midi, nous reprenons le chemin et arrivons dans le village de Guarda, la carte postale de la région, avec ses magnifiques maisons peintes et sculptées. Par groupe ou individuellement, chacune ou chacun découvre, à son rythme, les charmes de ce beau village. Hans nous raconte l'histoire des " Schellenursli " et nous nous retrouvons, en fin d'après-midi pour descendre à Giarsun, lieu où nous passons la soirée et la nuit à l'Hôtel Posta Veglia.

 

22. Guarda (1)

23. Guarda (2)

 

24. Guarda (3)

25. Descente vers Giarsun

 

26. Arrivée à Giarsun

26b. Posta Veglia, départ le lendemain, 16 juillet

 

Mercredi 16 juillet 2008

Après un bon petit déjeuner, nous reprenons notre chemin en direction de Zernez, étape du jour. La descente sur Lavin, à travers les forêts et les champs est agréable, le soleil est encore au rendez-vous, une petite brise nous accompagne. Cette région de la Basse Engadine est très belle, les villages ont gardé ce caractère typique avec leurs belles maisons et les églises aux clochers pointus.
A Lavin, dans l'église, où nous pouvons admirer des fresques du 15e siècle et découvrir un saint Jacques, la méditation nous permet de centrer notre réflexion sur le Respect.

 

27. Marche vers Lavin

28. Pont couvert de Lavin

 

29. Eglise de Lavin

30. Fresques en l'église de Lavin

 
A midi, nous retrouvons Murielle et Jean-Max pour le pique nique. Nous repartons, en longeant la rivière, par un chemin en direction de Zernez. Arrivés sur place, nous dégustons un bon petit café dans le restaurant qui nous réunira ce soir pour le repas et nous nous dirigeons vers le musée du Parc National, inauguré ce printemps. La visite est individuelle, nous avons tous un appareil qui nous permet de choisir le thème qui nous intéresse et à travers des salles bien agencées, nous découvrons les différents aspects environnementaux, géographiques, botaniques et zoologiques du Parc National. Ce musée est vraiment très bien conçu, tout est interactif et à la portée de n'importe qui. En fin d'après-midi, nous rejoignons notre cantonnement et profitons de passer un bon moment sur la terrasse au soleil d'un bistrot en dégustant une bonne bière.
 

31. Jean-Noël prend des notes

32. Marche vers Zernez

 

33. Zernez

34. Musée du Parc national

 

Jeudi 17 juillet

Nous nous retrouvons tous dans l'église catholique de Zernez pour la méditation. Aujourd'hui, c'est la Confiance, illustrée par le conte derviche " le coffre ancien de Nouri Bey ".
Nous prenons le train jusqu'à S-chanf et suivons des petits chemins le long de l'Inn, à travers bois et champs. Nous sommes dans la Haute Engadine, la vallée est plus large, les forêts plus denses mais les villages moins typiques. La pluie se met à tomber, nous remettons nos pèlerines et cheminons en direction de St-Moritz, but de notre journée.

 

35. Eglise de Zernez

36. Accompagnement musical (Nadine Gros)

 

37. Traversée de l'Inn

38. La pluie vient de cesser...

 

L'étape est longue et le moment du pique nique se fait attendre. Enfin, nous voilà arrivés à la gare du funiculaire de Muottas Muragl, où nous pouvons nous reposer un peu au sec. Là, nous retrouvons le couple Murielle et Jean-Max et saluons la présence du pasteur Nidecker de Thusis, secrétaire de l'association jacquaire grisonne.

 

39. Hall de la gare du funiculaire de Muottas Muragl

40. Pasteur Nidecker

 
Une heure plus tard, nous reprenons notre chemin, à travers bois en direction de St-Moritz. Nous longeons les rives de plusieurs lacs et arrivons enfin à l'auberge de jeunesse de St-Moritz, où nous passerons deux nuits.
 

41. En route vers St-Moritz

42. Auberge de jeunesse de St-Moritz

 

Vendredi 18 juillet

La méditation a lieu dans une petite chapelle de l'église catholique de St-Moritz sur le thème du Bonheur. De là, nous repartons en direction de Sils-Maria, en longeant de très beaux lacs aux eaux émeraude entourés de belles forêts. Le pique nique nous attend, précédé d'une aubade offerte par notre flûtiste Nadine.

 

43. Eglise de St-Moritz

44. Kempinski Grand Hôtel des Bains

 

45. Lac de Silvaplana

46. Château de Silvaplana

 
L'après-midi, nous nous rendons au bord du lac de Sils, retrouvons le souvenir de Nietzsche et repartons en direction de la vallée de Fex. La montée est rude, il fait chaud, le soleil est avec nous.
Arrivés à Fex, nous sommes accueillis par le son de la cloche de la chapelle recouverte de fresques anciennes où le pasteur Nidecker célèbre un culte protestant. A la sortie, nous nous retrouvons tous à la terrasse du restaurant Crasta pour boire un verre de champagne et déguster les différentes tartes de la région. C'est un moment merveilleux ! Le paysage est idyllique, le sourire est sur toutes les lèvres, c'est l'apothéose, le feu d'artifice de notre marche.

 

47. Monument Nietzsche

 

48. Presqu'île Chasté sur le Lac de Sils où se trouve le monument de Nietzsche.

 

49. Rude montée vers le Val Fex

50. Le Val Fex est accessible en calèche

 

51. Chapelle de Fex

52. Intérieur de la chapelle

 

53. Apéritif sur la terrasse du restaurant Crasta à Fex

54. Descente vers Sils

 
La descente à travers les pâturages et la gorge est magnifique. Le car postal nous ramène à l'auberge de jeunesse et après le repas du soir, nous nous retrouvons tous réunis pour le bilan de la semaine.
A cette occasion, les organisateurs sont remerciés et chaque participant peut dire et redire la joie qu'il a éprouvée durant cette belle semaine passée ensemble dans une ambiance très amicale.
 

55. Bilan de la semaine

56. St-Moritz

 
Samedi 19 juillet

Après le petit déjeuner, je quitte le groupe avec beaucoup d'émotion et rejoins Jean-Max pour le retour. Le groupe quitte St-Moritz vers midi et a le temps de visiter le magnifique musée Segantini avant de reprendre le train en direction de l'Albula, Coire et Zurich pour rejoindre son domicile.

 

 

57. Segantini

58. Rentrée en train

 

Comme le temps est au beau fixe, Jean-Max, notre expert chauffeur, choisit de rentrer par la route des cols : le Julier, l'Oberalp et la Furka ainsi que la vallée de Conches et le Valais.
Je voudrais encore remercier Hans, notre guide qui a su nous conduire vers des endroits merveilleux et nous a donné chaque fois des explications en français et en allemand; Jean-Max pour avoir si bien veillé sur nos bagages et avec Murielle participé aux pique nique. Je n'oublie pas l'équipe René et Arabella pour leur préparation et l'animation des méditations journalières ainsi que Nadine, la musicienne. Tout au long de la semaine, grâce aux contes, aux lectures, chants et témoignages nous avons pu réfléchir et vivre des moments de vraie spiritualité.
Chacune et chacun ont apporté leur contribution au bon déroulement de cette semaine soit par une lecture ou un témoignage et surtout par un sourire et un échange fraternel.
Cette découverte d'un tronçon du futur chemin jacquaire grison ainsi que la remontée de l'Engadine restera un beau moment vécu par une trentaine de membres de notre Association.

Adrien GRAND
 

 

- Fin -